Droit d’Asile
Vous êtes ici : Service de presse Le coin des Mickeys (au rayon BD)

Étienne Gendrin

Droit d’Asile

Des ronds dans l’O, 2011, 94 pages, 16 euros.

Marie-Aline Tresson
jeudi 18 janvier 2018

Trois jeunes, trois histoires « au ras du sol » pour comprendre la vie des mineurs étrangers.

Voici une bande dessinée qui n’est pas sortie lors de la dernière rentrée littéraire ; elle date de 2011. Et pourtant, le thème abordé, le « Droit d’Asile », (nom d’ailleurs de la bd elle-même) est aujourd’hui d’actualité.

L’auteur, Étienne Gendrin, est parti à la rencontre de jeunes ayant formulé une demande de droit d’asile. C’est une histoire « au ras du sol », comme il l’explique ; il veut nous faire saisir les peurs, les risques, les aléas de la vie de mineurs sans-papiers en France. En travaillant « à partir du réel », il va raconter l’histoire de ces jeunes. Cette méthode se rapproche en quelque sorte de certains travaux de microhistoire.

La bande dessinée commence avec l’histoire de Roberto originaire de l’enclave de Cabinda, pays riche puisque, comme nous le dit Roberto : « il y a trop de ressources, pétrole, bois etc… le monde entier en profite, Total, Teixeira Duarte, Chevron ». Puis, on change de continent, direction le Sri Lanka avec l’histoire de Suthakaran, enfant enrôlé de force par les tigres tamouls, enfin direction l’Azerbaïdjan avec Abdula.

L’intérêt de cette bande dessinée est de donner aussi la parole à d’autres acteurs du système lié aux mineurs étrangers : Dominique, le chef des éducateurs du foyer, Samira et Brigitte, deux enseignantes à destination des ENAF : Elèves Nouvellement Arrivés en France (appelés auparavant enfants migrants ou primo-arrivants, et qu’on nomme, depuis 2012, par un nouvel acronyme EANA --- Élèves Allophones Nouvellement Arrivés).

Deux mineurs français sont mêmes interrogés par l’auteur, à la fin de la BD. Partageant leur quotidien avec Vartan, Abdula ou Roberto au sein du foyer, ils ont compris que « pour savoir ce qui se passe dans le monde, tu vas les voir et tu discutes. C’est mieux que la télé ». C’est sur cette note d’espoir que se termine cette première bande dessinée (réussie !) d’Étienne Gendrin.

Pour vous convaincre (et pour convaincre le/ la documentaliste de votre CDI de se procurer cette BD), vous pouvez avoir accès aux dix premières pages en cliquant ici.


Marie-Aline Tresson, pour Les Clionautes

Par Marie-Aline Tresson

La Cliothèque 2018

Licence Creative Commons
Les Clionautes sous licence Creative Commons Attribution
Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International

Site développé avec SPIP, un programme sous licence GNU/GPL.

Design et Squelettes : B. Modica & X. Birnie-Scott pour La Cliothèque.

Hébergement La Cliothèque par