Géo-environnement (2ème édition)
Vous êtes ici : Service de presse Géographie Environnement et Développement Durable

Veyret Yvette

Géo-environnement (2ème édition)

Armand Colin, collection Campus, 2004


mercredi 1er septembre 2004

CR de Laurent Resse

La collection Campus propose des ouvrages dont la structure est identique. Chaque titre comprend un cours complet, des documents et supports méthodologiques, une dernière partie rassemblant repères et outils.
Cette organisation intéresse particulièrement l’enseignant puisque l’on pourra y trouver à la fois matière à enrichir ses connaissances personnelles tout en disposant d’exemples pouvant enrichir le cours à l’aide de documents commentés.
La collection de format réduit, 186 pages dans ce cas, ne recherche pas l’exhaustivité, il s’agit plus d’un présentation rapide des grandes déclinaisons de la notion d’environnement envisagée dans sa dimension géographique. Pour autant, l’enseignant y trouvera quantité d’informations particulièrement utiles dans un domaine de la discipline qui a connu, ces dernières années, une évolution rapide quant à la façon de se positionner par rapport aux sciences environnementales ou par rapport à d’autres approches géographiques telles que l’aménagement, la géographie urbaine, les risques ...
L’introduction précise le titre de l’ouvrage. Si le terme d’environnement recouvre pour beaucoup l’étude de tout ce qui touche à la nature, le géographe traite des relations existant entre les sociétés et leur cadre physique, de la place des facteurs naturels dans l’aménagement à différentes échelles spatiales, d’où le terme de géo-environnement.

La lecture de la première partie de l’ouvrage permet d’effectuer un survol des différents champs d’investigation de la géo-environnement, chaque partie faisant l’objet d’une synthèse et d’indications bibliographiques sommaires.
Les chapitres développés permettent d’aborder les grandes questions environnementales actuelles à travers une mise en perspective, en France et dans le monde (l’ouvrage se refuse cependant d’aborder les questions relatives à la « crise » écologique de la planète : effet de serre, désertification ...). Les rapports entre géographie et environnement sont détaillés au cours des chapitres 1 à 3 : perception de la nature et environnement, la longue anthropisation de la planète, géographie et environnement).
Les chapitres 4 et 5 abordent les espaces ruraux, agricoles et non agricoles. Il s’agit d’espaces où les interactions entre les sociétés et la nature se sont révélées particulièrement riches ces dernières années. Les auteurs insistent sur les effets de l’intensification des campagnes aussi bien que des effets des différentes formes de déprise. A titre d’exemple, le terme de jachère, différent de friche, peut-il être qualifié de nue, verte, jaune, industrielle, « faune sauvage » ...
Le chapitre 6 évoque les espaces protégés qui précèdent l’étude de la ville (chapitres 7 à 9) : de la ville éclatée à la nature en ville, les nuisances urbaines, les risques urbains. Cette étude constitue une transition puisque le dernier chapitre consiste en une analyse globale du bassin versant.

L’ensemble des développements s’appuie sur le cas français, notamment à partir de cartes dont la facture n’est pas toujours irréprochable.
Faute de temps, je n’ai pu relever le nombre de sigles présents dans l’ouvrage, ce qui traduit aussi son aspect technique. Si vous souhaitez en savoir plus sur les OGAF, CTNAE, PDD, OLAE, ZICO, ZNIEFF, PLU, PER, PSS, PPR, ICPE sans oublier les SAGE, SDAGE, PMPOA et les incontournables SCOT ... (autant de termes « barbares » qui relèvent de la géographie actuelle) ces quelques chapitres seront à même de vous informer dans un délai assez bref et sans lassitude aucune. Reconnaissons que le tour de force qui consiste à rendre de tels acronymes attractifs mérite que le livre figure dans la bibliothèque du professeur d’histoire et géographie !

La seconde partie intitulée « Documents et méthodes » permet d’illustrer, de façon plus approfondie, quelques sujets évoqués au cours des différents chapitres. Les documents proposés consistent en textes (extrait de la loi de renouvellement urbain), cartes topographiques (Illkirch-Graffenstaden, Villars-les-Dombes), cartes thématiques (pays reconnus en CRADT, forêts et taux de reboisement ...). Ces pages permettent aussi de poser et illustrer quelques problématiques de la géo-environnement : la complexité des rapports nature/société notamment à travers les différentes représentations de la nature en fonction des époques ou de lieux, les démarches actuelles de l’aménagement au niveau local en France (entrées de villes, « pays »), les rôles de la forêt en France et enfin les risques et aléas.

A la fin de l’ouvrage, quelques pages rassemblent des repère et outils : extraits de textes officiels, acteurs du droit de l’environnement, cartes utiles, un lexique et une bibliographie générale. Les pages 182-183 donnent la signification des sigles mais sans définition !

En conclusion, s’il s’agit d’un ouvrage de vulgarisation à destination d’un public étudiant ou enseignant, ce livre est riche d’enseignement pour le professeur qui y trouvera à la fois de quoi asseoir ses connaissances et des documents transposables pour le cours, particulièrement au niveau lycée.

Copyright Clionautes, août 2004

Enregistrer l'article au format PDF

La Cliothèque 2017

Licence Creative Commons
Les Clionautes sous licence Creative Commons Attribution
Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International

Site développé avec SPIP, un programme sous licence GNU/GPL.

Design et Squelettes : B. Modica & X. Birnie-Scott pour La Cliothèque.

Hébergement La Cliothèque par