TDC – Textes et Documents pour la Classe

4 numéros de TDC pour cette rentrée !


Le numéro 1057 porte sur le LYRISME et intéressera tout particulièrement les professeurs de français. Les auteurs s’attachent à définir tant en littérature qu’en peinture ou dans le cinéma cette notion complexe
A l’origine du lyrisme, le mythe d’Orphée qui allie poésie et musique. Amour, temps et mort sont les thèmes de prédilection, sous tendus par l’idéal d’élévation. Une certaine poésie larmoyante du XIXème siècle tend à dévaloriser ce courant. C’est pourtant à cette époque que le lyrisme quitte le simple champ poétique pour s’inviter dans tous les genres.
Pour les historiens, la contribution d’Alain Genetiot, professeur de littérature française à l’université de Lorraine, montre comment, au XVIIème, la poésie lyrique se fait le chantre de la monarchie autant que de Dieu ou de la femme.


Le numéro 1058 est centrée sur les SCIENCES DE L’ARCHEOLOGIE et vise principalement les enseignants de SVT.
L’archéologie présente deux intérêts majeurs : le premier est de permettre d’expliquer comment se fait l’histoire de manière concrète et local ; le second est de faciliter l’interdisciplinarité puisque des chercheurs venus d’horizons différents contribuent à ses découvertes.
Ce dossier montre les apports des techniques et des raisonnements issus des sciences de la nature : datation au carbone 14, analyses physico-chimiques, observations des traces d’usure, étude des formations sédimentaires, des restes d’animaux et végétaux etc sont autant d’indices pour mieux comprendre et connaître les sociétés passées.
Les différentes contributions étudient les apports des multiples disciplines scientifiques à l’archéologie et montrent comment s’organisent concrètement le travail sur le terrain et en laboratoire : vous trouverez un point sur l’apport des SVT, sur l’étude des formations sédimentaires, sur le développement de la bioarchéologie qui analyse les restes biologiques trouvés sur les sites, une contribution sur la pétro-archéologie i.e. la mémoire des pierres, sur la paléométallurgie.
Les études de documents sont centrés essentiellement sur les SVT au lycée et au collège. Mais les professeurs d’histoire y trouveront de quoi réactualiser leurs connaissances et de la matière pour faire comprendre comment de la confrontation de sources aussi différentes se fait l’histoire.


Le numéro 1055 est consacré au MUCEM, Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée qui a ouvert à Marseille en juin 2013.
Son implantation fortement symbolique évoque les échanges multiples entre cette mer tout autant trait d’union que séparation.
Une série de cartes claires permettent d’appréhender cet espace à différentes époques (Empire romain, fin du XIème siècle, au XVIème et en 1914);
La première contribution de Zeev Gourarier, directeur scientifique du Mucem, présente la galerie des civilisations de la Méditerranéen organisée autour de 4 spécificités de l’espace retenues : culture du blé, monothéisme, citoyenneté, voyages et découvertes.
Le choix du fort saint Jean et du mole 14 n’est pas anodin. Ces lieux concentrent une part essentielle de l’histoire et de l’identité de la cité phocéenne que rappelle l’historien J.J. Jordi : site défensif, lieu de transit et de refuge, lieu de mémoire.
L’exposition inaugurale présentée au Mucem s’intitule « Le noir et le bleu » et vise à dévoiler l’envers, l’endroit, la lumière et les ombres à partir de peintures, gravures, photos et installations. Elle doit son titre et l’idée même à une tableau de Joan Miro, Bleu II. Le choix de renverser le regard, de passer de passer de l’autre côté du miroir est décrypté par Th. Fabre, commissaire de l’exposition à partir des 12 « moments » de l’exposition.
Une autre exposition « au bazar du genre » tente de dresser un état des lieux des rapport hommes / femmes et plus généralement de la question du genre à l’échelle de l’Europe et de la Méditerranée. C’est l’analyse un peu succincte que propose D. Chevallier, commissaire de l’exposition
Une double page est consacrée à l’approche plus anthropologique du Mucem qui se veut aussi un parcours autour des notions de fête et de loisirs.
M. Riccietti, dans une interview passionnante, analyse le bâtiment même conçu comme une métaphore de l’espace méditerranéen.
Les études de documents sont variés et trouvent leur place aussi bien dans les programmes de collège que de lycée :
– eau, ressource vitale pour l’agriculture
– « Merveilles » et mesures du temps
– Les marionnettes, un contre-pouvoir ?
– le cinéma, industrie de loisirs
– le regard des artistes contemporaine
Un numéro intéressant également pour préparer une sortie.


Le numéro 1056 intitulé NAISSANCE DE L’ETAT MODERNE XIV-XVIème SIECLES est un classique qui étudie les conditions d’émergence d’un type d’organisation politique et sociale que nous connaissons encore aujourd’hui. La construction de l’Etat moderne passe par la redéfinition de la légitimité et de sa source et par un long processus de sécularisation.
Dans ce processus, la guerre (contribution de Michel Nassiet) et la mise en place de l’impôt permanent (article de Ph. Hamon) jouent un rôle essentiel. Ce phénomène est indissociable de l’apparition d’une société politique. C’est ce que décrypte D. Le page en montrant comment le pouvoir royal s’émancipe lentement des cadres de la féodalité pour laisser émerger un Etat moderne, structure sociopolitique originale.
Enfin, le cérémonial, étudié par F. Cosandey, qui entoure le souverain (sacre, entrées royales, funérailles, lits de justice) participe à la sacralisation du pouvoir.
Avec la construction de l’Etat moderne, la justice devient également un pouvoir régalien et la répression du désordre prime sur la négociation privée qui prévalait au Moyen-Age. Punir et pardonner deviennent des actes de pouvoir et de prestige qu’analyse B. Lemesle.
David El Kenz montre comment du XIV au XVIème siècles, l’Eglise est progressivement contrainte de renoncer à ses ambitions théocratiques devant l’affirmation politique du souverain et la sécularisation de l’Etat.
Les études de documents sont particulièrement exploitables sur :
– le sacre de Charles VII
– entrée d’Henri IV à Lyon
– Jacques Coeur, argentier de Charles VII
– l’ordonnance de Villers-Côtterets
– le portrait du roi à partir des exemples de Jean II le Bon, Charles IX et Henri IV
– la résidence royale de Vincennes
– les deux corps du roi : une théologie politique
Une numéro limpide, passionnant, servi par des spécialistes qui permet de remettre ses connaissances au clair et parfaitement utilisable par les élèves eux-mêmes. Un numéro indispensable

À propos de l'auteur

Marie-Anne Vandroy-Schaumasse

Professeure agrégée d'histoire. DEA d'histoire moderne. Affectée à l'Ecole Alsacienne à Paris. Chargée de cours dans diverses universités (successivement Paris X Nanterre, USJ de Beyrouth, Assas). Intérêt particulier pour la géopolitique et plus spécifiquement le monde arabe et l'histoire des arts.

TDC (Textes et Documents pour la Classe)

La revue TDC (Textes et Documents pour la Classe) est un bimensuel qui propose un dossier complet consacré à un thème à dominante arts, littérature, histoire, géographie, sciences ou éducation à la citoyenneté. Destinée en priorité aux professeurs mais aussi aux élèves (principalement aux lycéens mais transposables aux collégiens), aux étudiants préparant des concours et aux formateurs, elle peut, par la diversité de ses sujets, toucher un large public hors du monde enseignant et étudiant.

En une cinquantaine de pages, TDC propose des articles de fond, le plus souvent rédigés par des spécialistes et largement illustrés, des interviews de personnalités ou chercheurs et une série de huit études de documents présentées sur une double page (3 à 4 documents d’un côté ; mise en perspective et explication en regard). Ces dernières sont systématiquement replacées dans les programmes (histoire, géographie, enseignements d’exploration, enseignements artistiques, histoire des arts etc.). Une rubrique « sur la toile » met en avant, de manière critique, des sites exploitables pour compléter et enrichir le dossier ou travailler dans le cadre des TICE. Une bibliographie d’ouvrages généraux et de publications du Sceren complètent utilement le dossier.

Sur le site du sceren, des vidéos de 6 mn environ illustrent un point du dossier.

L’abonnement pour un an est de 82 euros (métropole/DOM-COM) et 120 euros pour l’étranger. Vous pouvez également vous procurer les numéros à l’unité pour 5,50 euros sur le site www.sceren.com, à la librairie de l’éducation (6 rue du Fours 75006 Paris, métro Mabillon) et dans les librairies du CRDP de chaque académie ou des CDDP de chaque département.

A compter du 1er mars (n° 1051), la Cliothèque, dans le cadre du partenariat avec TDC, vous fera présentation critique de chacun des numéros.

À propos de l'auteur

Marie-Anne Vandroy-Schaumasse

Professeure agrégée d'histoire. DEA d'histoire moderne. Affectée à l'Ecole Alsacienne à Paris. Chargée de cours dans diverses universités (successivement Paris X Nanterre, USJ de Beyrouth, Assas). Intérêt particulier pour la géopolitique et plus spécifiquement le monde arabe et l'histoire des arts.

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.