Après plusieurs volumes consacrés à l’histoire de France, les éditions Casterman s’emparent cette fois de la mythologie. Après un premier volume intitulé « Le départ de Troie », voici « Le retour à Ithaque ». Autant dire que la matière est riche et qu’il n’est nullement question de traduire in extenso en bande dessinée un tel texte.

On retrouve comme à chaque fois une partie bande dessinée et une partie documentaire qui occupe quelques pages. Béatrice Bottet a déjà signé plusieurs livres comme « L’Encyclopédie du fantastique et de l’étrange » et « La saga du Grimoire au rubis ». Emilie Harel, de son côté, a déjà mis en images de nombreux ouvrages chez plusieurs éditeurs.

Ulysse en quelques épisodes

Le parti pris est donc de se focaliser sur quelques épisodes marquants. On trouve six chapitres, avec trois épisodes célèbres, puis le retour à Ithaque détaillé également sur trois chapitres. Chaque chapitre commence par une page qui situe l’épisode à venir. Pour plus de facilité, les dieux sont identifiés avec leur nom dans une vignette du début.
L’ouvrage commence avec l’épisode des boeufs d’Hélios. Malgré les recommandations d’Ulysse, ses compagnons ont transformé ce bétail en pièces de viande à consommer. La colère des dieux s’exprime alors et Ulysse se retrouve seul. Il est ensuite accueilli par Calypso, ce qui fait l’objet du chapitre 2. Elle lui offre l’immortalité, mais finalement il choisit de repartir. Il est de nouveau l’objet de la colère divine et atterrit chez Nausicaa. A partir du chapitre 4, c’est le retour à Ithaque avec Ulysse en mendiant, ses retrouvailles avec Eumée, Télémaque et le massacre des prétendants.

Ce que nous savons sur les dieux et les héros de l’Odyssée

La partie documentaire choisit de s’intéresser à « Ulysse avant et après l’Odyssée » en donnant des points repères sur sa jeunesse et ses aventures. La mise en pages choisit de surligner quelques mots en gras pour guider la lecture. Ce qui est particulièrement intéressant, c’est que cette partie documentaire intègre d’autres époques à travers des tableaux, des mentions de films pour montrer la force et la permanence de cette référence culturelle. Une autre double page fait le point sur « Des dieux et des héros », puis on trouve une entrée plus originale avec « L’odyssée au féminin » et enfin un petit glossaire avec des noms propres.

Comme le soulignent les enfants, les dessins aident à bien suivre l’histoire. Ils lisent avec plaisir les aventures d’Ulysse et cela peut constituer une première découverte de ce texte de référence. Ensuite, ils auront peut-être envie d’en savoir plus et de gouter plus tard la beauté de ce texte.

(c) Jean-Pierre Costille, avec l’aide de Nina pour les Clionautes.