Éditions Honoré Clair, 2014, 96 p.
Parmi les beaux livres qui, traditionnellement, fleurissent à la saison des fêtes comme autant d’alléchantes propositions à contempler au coin du feu, ce très joli petit album collectif, aussi savant que soigné, doit légitimement attirer l’attention de tout passionné du Premier Empire comme de tout amoureux de Paris. En effet, il est voué à l’évocation de l’Éléphant de la Bastille, monument parisien d’autant plus envoûtant que ce fleuron de l’urbanisme napoléonien n’a finalement jamais été édifié. Il n’en a pas moins inscrit sa majestueuse silhouette au panthéon de la postérité littéraire grâce à Victor Hugo, qui fit de sa maquette en plâtre le refuge de Gavroche dans « Les Misérables ».

Le projet d’une fontaine monumentale destinée à occuper le centre de la place de la Bastille figure au programme de l’urbanisme parisien conçu par Napoléon. Rêve d’architecte imaginé par Vivant Denon, voulu par l’Empereur et élaboré par Alavoine, ce monument doit être couronné par un colossal éléphant de bronze doté d’un somptueux harnachement oriental. Sa réalisation, décrétée en 1810, n’est pas encore achevée à la chute du régime. Si le gros œuvre est accompli, son principal ornement n’est matérialisé que par une maquette en plâtre grandeur nature installée dans un angle de la place. Le chantier, suspendu sous la Restauration, trouve finalement une autre vocation avec l’érection de la Colonne de Juillet, qui continue à cohabiter avec la maquette en déshérence jusqu’à ce que l’éléphant, dégradé par le temps et les intempéries, soit démonté en 1846 et s’efface définitivement du paysage de la capitale. Du projet ainsi avorté ne témoignent plus que les différentes versions du projet dessinées par Alavoine, ainsi que quelques reproductions de la maquette de la place de la Bastille à différentes époques de sa longue station.

Cette curieuse histoire d’architecture inachevée et d’urbanisme détourné est donc essentiellement restée confinée dans le registre de l’imaginaire. Un imaginaire pluriel, à travers les riches arcanes duquel les pages de ce livre offrent une astucieuse déambulation. L’imaginaire imprégné d’orientalisme de ses concepteurs et de ses inspirateurs d’abord, maniant une symbolique du pouvoir et de la puissance imprégnée d’Égyptomanie et d’Indomanie, de rêves d’Alexandre et de réminiscences d’Hannibal. De cette mode impériale témoignent encore quelques réalisations architecturales parisiennes plus modestes. Mais aussi l’imaginaire prosaïque des contemporains, parmi lesquels la voix inspirée d’un spectateur illustre dénommé Victor Hugo contraste avec la rumeur plus modeste des badauds, et masque le murmure trivial des riverains accusant la maquette d’être devenue un gigantesque sanctuaire de rats… L’imaginaire enfin des devanciers et des continuateurs fascinés par la thématique du pachyderme, ce dont témoigne un foisonnant florilège de statuaire éléphantesque, de chimères d’architectes étonnantes et démesurées restées au simple état d’utopies de papier, mais aussi quelques attractions mécaniques réelles qui vécurent leur heure de gloire commerciale au XIXe siècle, sans omettre diverses incarnations artistiques récentes.

Ce parcours plaisant et diversifié s’achève par une fascinante uchronie proposant, à l’aide d’images retouchées, un voyage à travers les époques jusqu’à nos jours, par le biais d’une série de gravures et de photographies de la place de la Bastille sur lesquelles vient trôner, en lieu et place de la Colonne de Juillet, l’éléphant d’Alavoine avec son harnachement coloré. Cette substitution exotique est une heureuse surprise dont la vision s’insère harmonieusement dans ce cadre conventionnel en prenant un cachet éminemment parisien… et fait aussi la démonstration du potentiel esthétique et touristique qui aurait pu en résulter.
Feuilleter ce petit bijou d’édition éveille donc un plaisir d’autant plus addictif que la rêverie et la réflexion qu’il inspire sont sublimées par une iconographie somptueuse.

© Guillaume Lévêque