Dès la première page, un document nous plonge dans l’univers crée par Xavier Coste autour du chef d’œuvre de Georges Orwell : une attestation de sortie, certifiée conforme, en date du 06/05/1984, valable “ce jour” et au nom du “ camarade Winston Smith”, principal protagoniste du récit.

De nombreux éléments contemporains sont glissés par l’auteur sans pour autant dénaturer le texte d’origine.
On traverse une Londres marquée par la guerre permanente et transformée par le parti unique, ayant érigé les sinistres « maison de la victoire », ministère de la paix (en charge de la guerre), de la vérité (information, divertissements, éducation et beaux-arts), de l’abondance (affaires économiques) et de l’amour (respect de la loi et de l’ordre).
Winston Smith est fonctionnaire aux archives et membre du Parti.

En charge d’une partie de la réécriture de la vérité, il doute, hait le parti, débute un journal et transgresse les règles les plus graves, commettant des « crimes de pensée » et vivant une relation d’amour sincère…

Xavier Coste offre avec son 1984 une belle adaptation de la dystopie orwellienne, surtout remarquable par la qualité graphique de ses personnages et le choix des couleurs qui rend parfaitement l’ambiance d’oppression permanente générée par la dictature.
Certains passages particulièrement intéressants, comme les dialogues entre Syme et Winston Smith sur la novlangue ou ceux relatifs aux mécanismes de contrôle des populations, pourront faire l’objet d’une utilisation ciblée lorsque seront par exemple évoquées, en classe, les problématiques liées aux libertés.
Grégoire Masson

 

Présentation sur le site de l’éditeur ICI