Soixante-dix ans après la Déclaration universelle des droits de l’homme du 10 décembre 1948, cet atlas inédit établit un état des lieux :

  • Histoire des droits de l’homme : textes fondamentaux, liberté de conscience, citoyenneté…
  • Droits individuels et collectifs : droits des femmes, droit à la santé, droits de l’enfant…
  • A la conquête de nouveaux droits : droit de l’environnement, enjeux bioéthiques…
  • Droits en crise et mobilisations collectives : protection des libertés publiques, justice internationale, lois mémorielles…

Plus de 80 cartes et documents complètent les textes rédigés par des spécialistes et apportent un éclairage original pour appréhender les enjeux et les défis de la sauvegarde des droits de l’homme dans le monde.

Cet ouvrage, réalisé par près de 40 personnes, est dirigé par Catherine Wihtol de Wenden ; Alexandre Nicolas est un cartographe indépendant qui collabore régulièrement avec cette maison d’édition.

Cette nouvelle parution se pose une question cruciale : « Les droits de l’homme dans le monde sont-ils menacés ? »

L’ouvrage débute par une préface rédigée par Henri Leclerc, président d’honneur de la Ligue des droits de l’homme (qui fête ses 120 ans aujourd’hui et qui est la première association de lutte pour le respect de ces droits).

Le but de cet atlas est de présenter et d’analyser ces droits « au regard de l’histoire et de la géographie » ; également de faire comprendre l’état et la dynamique des droits.

L’introduction est écrite par la directrice de cet atlas, elle explique pourquoi il a été rédigé : c’est une « tentative de recension exhaustive des principaux droits de l’homme dans le monde ». C’est au total 40 droits qui sont répertoriés et analysés avec une approche historique : leur proclamation, leur mise en œuvre, les luttes, les perspectives de conquêtes de nouveaux droits et de quête de démocratie.

Cette conquête est liée aux 7 OMD (objectifs mondiaux du développement) et aux 17 ODD (objectifs du développement durable) qui doivent rassurer ceux pensant cette période du XXIe siècle comme étant une période « de régression des droits de l’homme au vu des conflits religieux, ethniques et des inégalités sociales en hausse ».

Premier thème : Histoire des droits

Chapitre 1 : Textes fondamentaux et grandes figures des droits de l’homme ; écrit par Emmanuel Decaux et Emmanuel Naquet

Ce chapitre commence par un rapide historique sur le processus de la proclamation de la déclaration universelle des droits de l’homme (1948) votée par l’Assemblée générale des Nations unies.

De nombreux pays ont réaffirmé leur engagement au respect de cette déclaration au fil des décennies, beaucoup l’ont ratifié progressivement. Elle sert de référence permanente aux activités des NU, notamment lors des crises.

Deux choses découlent de cette déclaration :

  • le Pacte international sur les droits civils et politiques
  • le Pacte international sur les droits économiques, sociaux et culturels

Ces deux pactes ont été adoptés par l’Assemblée générale en 1966.

Plusieurs traités ont été rédigés pour satisfaire différents pays et pour qu’ils puissent un minimum respecter la déclaration. C’est en quelque sorte une déclaration universelle « à la carte ». Au total, ce sont 9 traités qui ont des taux de ratification variables.

A souligner : la ratification internationale n’est qu’un premier pas vers l’application effective.

Pour expliquer le propos, deux cartes présentent chaque Pacte dans le monde et le statut des Etats vis à vis de ceux-ci.

Chapitre 2 : Esclavage antique et Code de l’indigénat ; écrit par Christian Bruschi et Olivier Le Cour Grandmaison

Nous étudions ici une partie de l’Antiquité, pourquoi on devient esclave, comment… Mais aussi les différentes conditions serviles (par exemple les esclaves impériaux ; l’enrichissement d’esclaves pouvant acheter leur affranchissement).

Dans un encadré est expliqué le Code de l’indigénat.

Chapitre 3 : La traite négrière et le Code noir ; écrit par Pierre Côte

A l’aide d’une carte et d’une frise chronologique, l’auteur nous explique l’histoire de la Traite négrière et les différentes routes, le commerce dit triangulaire. Aussi, dans un encadré le Code noir est expliqué dans son contexte historique mais aussi par rapport à la Mémoire à la fin du XXe siècle.

Point intéressant sur l’historiographie par rapport à ce sujet.

Chapitre 4 : La liberté de conscience, d’expression, de religion ; écrit par Emmanuel Decaux

Il est ici question de revenir aux différents articles de la Déclaration française des DLHC de 1789 et de ceux de la DU. Pour illustrer le propos, deux cartes sont mises en face du texte : une carte sur « Religion d’Etat : situation dans le monde » et « La liberté de la presse dans le monde en 2017 ».

Chapitre 5 : Citoyenneté, nationalité et droits politiques ; écrit par Catherine Wihtol de Wenden

Chaque notion est développée séparément et revient sur leurs évolutions respectives.
Concernant les droits politiques, ce sont les droit du sol et droit du sang qui sont développés.

Chapitre 6 : L’égalité ; écrit par Hervé Le Bras

En réalité, comme l’explique l’auteur, il n’est pas question de traiter ici de l’égalité mais plutôt des inégalités facilement mesurables. Mais il faudrait plutôt parler d’une inégalité car seule une est traitée : la richesse. D’abord une étude mondiale puis une étude de cas sur la France.

Chapitre 7 : Peine de mort : vers une abolition universelle ? ; écrit par Denis Salas

Aujourd’hui 142 Etats sur 198 membres de l’ONU ont aboli la peine de mort.
L’Europe est une zone sans exécution, la Cour européenne des droits de l’homme y veille.
En ce qui concerne la France, elle a été abolie en 1981 mais inscrite dans la Constitution en 2007 « en toutes circonstances ».

L’auteur s’intéresse ensuite aux Etats-Unis, aux différents Etats du Proche et Moyen-Orient. En fin de propos, il traite des peines alternatives pour ne pas opposer des Etats où triomphe l’abolition et les Etats dits barbares. Le tout est illustré par deux cartes : la peine de mort dans le monde ; la situation aux Etats-Unis.

Chapitre 8 : Prisons : les droits des détenus ; écrit par Christian Vigouroux

L’auteur revient sur des réflexions philosophiques de la prison mais aussi sur des propos d’hommes politiques récents notamment en ce qui concerne la France. Il aborde la comparaison entre systèmes pénitentiaires, la construction de nouvelles prisons, la discipline en prison mais également son contournement.

Chapitre 9 : L’accès au droit et l’accès à la justice ; écrit par Christian Vigouroux

L’auteur fait ici une mise en parallèle des bénéficiaires de l’aide juridictionnelle selon le niveau de ressources.

 

Deuxième thème : Progrès et respect des droits individuels et collectifs

Chapitre 1 : Accès aux droits sociaux et syndicaux ; écrit par Nicole Kerschen et Bernard Thibault

Les auteurs reviennent sur le principal acquis de l’après seconde guerre mondiale : la sécurité sociale, déjà établie dans la Charte de l’Atlantique de 1941. Les auteurs reviennent sur son histoire, son évolution au cours du XXe siècle en expliquant ce droit et les différents objectifs voulu par la communauté internationale. Il est aussi question de son état préoccupant dans le monde, en effet, comme bon nombre de droits, celui-ci n’est pas respecté par tous les Etats.

Chapitre 2 : La liberté d’association ; écrit par Michel Doucin

Encore une fois, la France a été la première à légiférer sur cette liberté, en 1901. Cette loi a été appliquée dans les pays colonisés par la France et est toujours appliquée depuis leurs indépendances respectives. Pour autant, dans ces pays elle n’a pas gardé l’esprit de 1901 et est l’objet de réformes pour museler la contestation. Pour de nombreux pays dans le monde, il y a le papier et la réalité.

Chapitre 3 : Discriminations et lutte contre les discriminations ; écrit par Catherine Wihtol de Wenden

En introduisant par la définition de discrimination, l’auteur explique que c’est une notion clé pour expliquer les inégalités. Elle revient sur l’histoire de la lutte ( pour les droits civiques notamment). L’auteur revient sur les 10 ODD vu en introduction de l’ouvrage avec un schéma et un autre concernant « les 17 objectifs du millénaire » sous la forme d’une roue de la fortune.

Chapitre 4 : Droits des femmes : rien n’est jamais acquis ; écrit par Carole Brugeilles

Dans ce chapitre il est question d’égalité homme/femme et de discriminations entre les deux sexes dans le monde. L’universalité des droits n’est reconnue qu’en 1948 avec la déclaration universelle des droits de l’homme, sous pression des Nations unies et de certains pays. Un combat qui se poursuit depuis. En analyse, une carte sur le droit à l’avortement dans le monde et une frise chronologique sur les droits en France. Cependant pour la carte, le statut « interdiction complète et/ou possible pour sauver la vie de la mère » est périmé pour l’Irlande qui a aujourd’hui le statut « sans restriction ».

Chapitre 5 : Droits des enfants : les zones d’ombres ; écrit par Pierre Joxe et Amandine Simiand

Les auteurs reviennent sur un rapide historique depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours sur les droits des enfants, ou plutôt leur quête.
En analyse cartographique, trois sont proposées : les enfants soldats dans le monde, la scolarisation des enfants en Afrique, le travail des enfants en Afrique.

Chapitre 6 : Droit à l’éducation ; écrit par Gérard Aschieri

L’auteur revient plus en détail sur un des droits des enfants : l’éducation. Il s’agit surtout d’une analyse contemporaine plutôt qu’un historique ; il y a également des prospectives.

Chapitre 7 : Droit à la santé et lutte contre le handicap ; écrit par Xavier Emmanuelli

Le droit à la santé ou plutôt le droit à l’accès aux soins de santé comme nous le rappel l’auteur. Dans ce chapitre il est quand même plus question du droit à la santé que la lutte contre le handicap.

Chapitre 8 : L’esclavage aujourd’hui : persistances ; écrit par Bernard Gainot

Pour ce chapitre, une double page sur « les esclavages contemporains » valent mieux qu’un long texte. Sont référencées les différentes formes d’esclavage.

Chapitre 9 : Le droit d’asile ; écrit par Frédéric Tiberghien

Droit inscrit dans la DUDH et régi par la Convention de Genève en 1951, complété par le Protocole de New-York en 1967. En 2015, 148 États ont adhéré à l’un deux.

L’auteur revient sur ce droit dans le monde, en Europe et en France. Pour compléter le propos, il y a une carte du droit d’asile dans le monde et un diagramme sur les principaux pays d’origine des réfugiés, je souligne ici un manque : on ne sait pas à quel pays/continent ces données correspondent.

Chapitre 10 : Droit des autochtones ; écrit par Dominique Guibert

Ce sont environ 370 millions de personnes vivant dans environ 90 pays. Leur analyse est basée sur des estimations car il est difficile d’évaluer la situation dans une zone géographique spécifique. Ils vivent dans des espaces singuliers qu’il ne faut pas mettre de côté, surtout d’un point de vue climatique et environnemental. Mais leur reconnaissance par différents pays pose problème en matière économique : la plupart des régions habitées sont exploitées.

 

Troisième thème : A la conquête de nouveaux droits

Chapitre 1 : Droits des minorités ; écrit par Catherine Wihtol de Wenden

Après une définition de minorité, l’auteur revient sur l’histoire de la construction des nations comme voulant être homogènes, incorporer des groupes « qui ne se reconnaissent pas à part entière dans leur nouvelle entité politique ». Cela a pu déboucher pour certains à des guerres civiles un peu partout dans le monde. Une partie porte sur la législation dans le monde

Chapitre 2 : Le droit à la culture ; écrit par Sylvie Pflieger

Les articles 22 et 27 de la Déclaration de 1948 portent sur le droit à la culture ; mais aussi la déclaration de Mexico par l’Unesco en 1982. Dans le paragraphe « Dans les faits », l’auteur reprend 3 ordres : la proximité géographique, la gratuité et l’éducation. Autrement dit le droit à la culture est l’accès à la culture.

Chapitre 3 : Les droits environnementaux ; écrit par François Gemenne

En introduction, l’auteur rappel que le gouvernement français réfléchit sur l’inclusion dans la Constitution « de l’impératif de la protection de l’environnement, et du climat et de la biodiversité en particulier ».

Une carte porte sur les sites classés par l’Unesco : les biens culturels, naturels et les biens mixtes.

L’auteur revient sur les sources de ces droits : ils commencent après la Seconde Guerre mondiale. La France occupe une place importante dans ce processus mondial : Charte de l’Environnement voulue par Jacques Chirac en 2005, l’Accord de Paris sur le climat adopté lors de la COP21 en 2015.

De plus en plus, les droits de l’homme sont associés aux droits environnementaux ; leurs enjeux propres étant liés.

Chapitre 4 : Les enjeux bioéthiques ; écrit par Francine Perret

Les thèmes suivants sont traités : la procréation médicalement assistée, la gestation pour autrui, les cellules souches embryonnaires, la fin de vie, la médecine prédictive, le diagnostic prénatal, diagnostic pré-implantatoire, la découverte du ciseau génétique Crispr/Cas 9 (permet de modifier l’ADN des cellules). Une partie sur la France est présente.

Chapitre 5 : Le droit à la mobilité, un droit de l’homme pour le XXIe siècle ; écrit par Catherine Wihtol de Wenden

C’est l’un des droits les plus inégalement partagés. L’auteur revient sur les multiples conséquences de ce droit utopique. La DUDH définit « le droit de sortir d’un pays y compris le sien » et la Convention de Genève de 1951 concerne le droit d’asile.

Chapitre 6 : La CPI : vers une justice pénale internationale ? ; écrit par François Colcombet

Créée en 1998 et appliquée en 2002, elle est l’aboutissement d’un long processus de justice. L’auteur revient sur son histoire.

Chapitre 7 : Le droit international humanitaire ; écrit par Emmanuel Decaux

Il existe depuis le milieu du XIXe siècle au nom d’un « principe d’humanité » pour protéger les victimes de conflits armés. Sa portée est universelle et spécialisée en fonction des circonstances.

Une initiative suisse privée qui a évolué vers le public tout en gardant des « sociétés » privées (ex : Croix-Rouge). L’auteur revient sur l’évolution des conventions dans le monde et pose la question d’une ratification universelle.

Chapitre 8 : Les droits de l’homme dans les accords commerciaux de l’UE ; écrit par Emmanuel Vivet

Dès l’introduction, l’auteur pose la question suivante : « l’UE peut-elle utiliser cette position attractive pour promouvoir les principes démocratiques et les droits de l’homme ? ». Il développe par la suite en disant que l’UE permet d’accéder à son marché aux pays tiers à condition qu’ils acceptent certains principes politiques.

 

Quatrième thème : Crise des droits, droits en crise

Chapitre 1 : Droit au logement ; écrit par Jean Rousseau

C’est l’article 25 de la Déclaration, néanmoins ce droit est appliqué différemment selon les Etats. C’est un défi majeur dans la lutte contre la pauvreté. Ce droit est repris par l’ONU, et il faut souligner qu’une Convention internationale sur ce droit a été élaborée en 1994 mais jamais adoptée.

L’auteur revient sur l’urbanisation dans le monde, en particulier dans les pays du Sud ; et sur le droit au logement en Europe inscrit dans la Constitution. Un diagramme sur les 25 villes les plus peuplées du monde en 2015 est également intéressant à étudier.

On constate donc que ce droit est un objectif social important mais que son effectivité est encore à conquérir.

Chapitre 2 : La protection des libertés publiques à l’ère numérique ; écrit par Isabelle Falque-Pierrotin

L’Homme, désormais individu numérique, doit pouvoir être protégé sur Internet, un outil mondial. C’est le cas, grâce à la CNIL, depuis 40 ans environ. Mais aussi, dans le cadre européen, avec le RGPD depuis 2018.

La protection des données personnelles est une préoccupation dominante et un avantage européen, ceci fait l’objet d’une partie.

Chapitre 3 : Internet et nouvelles technologies ; écrit par Maryse Artiguelong

L’auteur traite de la question de la sécurité des Hommes dans le monde : collecte des données personnelles, intrusion dans la vie d’autrui, refus de services, marketing ciblé etc pouvant aller à la transmission des informations récoltées sur l’individu aux services de renseignement de divers pays dont les Etats-Unis (ex : Edward Snowden l’a démontré en 2013).

Une carte porte sur les coupures d’Internet comme outil de répression politique.

Chapitre 4 : De nouvelles diplomaties ? ; écrit par Bertrand Badie

La diplomatie fait face à de nouvelles exigences liées à la mondialisation. Après avoir défini la diplomatie, l’auteur explique que les droits de l’homme ont souvent été « manipulés pour justifier toutes les croisades, la colonisation, l’ingérence. Au nom de l’universalité on impose son propre modèle et sa propre loi par la force » etc. Il est aussi question des ONG comme étant de nouvelles structures de diplomatie.

Chapitre 5 : Mobilisations transnationales dans un espace mondialisé ; écrit par Pierre Tartakowsky

Ce chapitre entre dans cet ouvrage dans le sens où les manifestants revendiquent des droits. La plupart de temps, ils le font dans des lieux stratégiques (symboliques) et placent leur demande sous la protection de l’opinion publique mondiale. Il est aussi question dans ce chapitre de l’altermondialisme qui constitue une forme de contestation nouvelle.

Chapitre 6 : Des famines toujours politiques ; écrit par Sylvie Brunel

Il est question ici de la privation à l’accès de l’alimentation selon l’auteur des minorités soit périphériques, soit rebelles, méprisées ou indésirables. Sont donc traités la sécurité alimentaire et les trois types de famines.

Chapitre 7 : Droit des Roms ou droits de tous les citoyens ? ; écrit par Samuel Delépine

Chapitre 8 : Crimes de masse : quelle justice internationale ? ; écrit par Joseph Krulic

L’auteur revient sur l’histoire de la CPI et arrive aux faits d’actualité, notamment au conflit syrien.

Chapitre 9 : En quête d’État : Palestiniens et Kurdes ; écrit par Jean-Paul Chagnollaud et Hamit Bozarslan

Dans ce chapitre, deux peuples privés d’État (pour plusieurs raisons) sont traités : les Palestiniens et les Kurdes. Etant présents dans des Etats occupants, les droits de l’homme sont systématiquement ignorés. Il y a un régime qui relève d’une législation d’exception : ceci est du, pour la Palestine, au système mis en place par les Britanniques en 1945 pour réprimer toute forme de résistance lors de leur mandat. Les Kurdes vivent une autre situation, ils sont majoritaires mais vivent dans des Etats où ils sont mis au rang de minorité ; de ce fait leurs droits en pâtissent.

Chapitre 10 : Terrorisme et sécurité : le cas de l’UE ; écrit par Dominique Guibert

L’auteur explique ici que face au terrorisme, de nombreux Etats européens oublient les libertés fondamentales accordées aux Hommes au nom de la sécurité ; pourtant ces mêmes États disent les respecter.

Chapitre 11 : Mémoire des droits et lois mémorielles ; écrit par Gilles Manceron

Ici trois thèmes sont abordés : le génocide (en particulier juif et arménien), la traite négrière/colonisation, l’immigration. Des question sensibles que l’auteur aborde en disant qu’il faut laisser les historiens faire leur travail.

Chapitre 12 : Article sur « Le défendeur des droits » écrit par Jacques Toubon

L’auteur décrit le rôle du défenseur des droits ; il est bien placé pour le faire car il a lui-même été nommé par François Hollande en 2014 pour un mandat de 6 ans non renouvelable.

Conclusion écrite par Malik Salemkour, président de la Ligue des droits de l’homme.
Il rappel au lecteur que le but de cet ouvrage collectif est de montrer le différent traitement de ces droits dans le monde et qu’ils sont en perpétuelle évolution, jamais figés et toujours à défendre.

En somme, cet ouvrage est intéressant pour tout enseignant d’histoire-géographie car il reprend plusieurs thématiques enseignées dans les programmes du collège et du lycée. En ce qui concerne l’EMC il est vraiment très bien aussi pour fournir des données récentes aux élèves.