L’Auteur.

Archéologue puis enseignant en lycée à Carcassonne, Gauthier Langlois est aussi un historien, spécialiste du Languedoc médiéval et des relations entre l’Orient et l’Occident. Il a notamment publié une biographie, plusieurs fois primée, d’un chevalier cathare et croisé du XIIIe siècle. Il collabore à diverses revues scientifiques et écrit des scénarios de bandes dessinées historiques. Il publie aujourd’hui les carnets de guerre de son grand-père Jean Vaugien, et de son grand-oncle Jean Albouy, dont la famille est originaire du Lauragais.

Cette publication est aussi un hommage à l’armée d’Afrique, constituée principalement de pieds noirs et de maghrébins, qui par ses victoires a permis à la France de prendre place parmi les vainqueurs de la 2e Guerre Mondiale

Quand débute la Seconde Guerre mondiale, Jean Vaugien est un tout jeune officier à la tête d’un goum, une unité composée de berbères marocains et algériens. Il mène brillamment cette unité pendant les campagnes d’Italie, de Provence et des Vosges. Il y partage la vie rude et les combats de ces farouches goumiers qui ont joué un rôle décisif dans la prise de Monte Cassino. Puis, en Alsace, il rejoint l’État-major de la première Armée française où il devient aide de camp du général de Lattre de Tassigny, chef de cette armée. Séparé pendant plus d’un an de sa femme et de sa fille restées au Maroc, il éprouve le besoin de noter sur des carnets tout ce qu’il veut partager à son retour avec elles : ses joies, ses peines, les magnifiques paysages de l’Italie, les horreurs de la guerre, les évènements qu’il vit.

Son beau-frère, Jean Albouy, est lui aussi un jeune officier dans les goums. Dans les lettres qu’il envoie de France à sa famille restée au Maroc, il restitue le quotidien de la guerre, ses joies et ses peines.

Deux témoignages vivants et émouvants sur la Seconde guerre mondiale.

Plus d’informations :