Dictionnaire des biens communs
Vous êtes ici : Service de presse Géographie Epistémologie

Marie Cornu, Fabienne Orsi, Judith Rochfeld (Sous la direction de)

Dictionnaire des biens communs

Presses Universitaires de France, coll. Quadrige, 2017, 1280 p.

Marie Reynaud
jeudi 12 octobre 2017

Que sont les « communs », les « biens communs », les « patrimoines communs », les « choses communes » ? Ces notions sont fortement mobilisées aujourd’hui dans nombre de disciplines des sciences sociales et actions de citoyens. Leur poussée traduit une évolution des pratiques sociales : sous la pression de la crise écologique et de la transformation numérique notamment, les biens seraient davantage mis en partage. Logiciel libre, encyclopédie et habitat participatif, vélos ou voitures en usage successif, entreprise qui serait le « bien commun » de toutes les parties prenantes : les notions des communs intéressent les domaines de la culture, de la protection de l’environnement, de l’urbanisme, de la santé, de l’innovation, du travail, etc. La mobilisation est intense car elles autorisent à penser le changement social sur la base d’un réinvestissement du collectif, des communautés, de l’usage et du partage. Elles permettent de proposer des réinterprétations des valeurs fondatrices des sociétés contemporaines tels le rôle de l’État, de la propriété et des formes d’expression de la démocratie. Elles appellent à la fois une réflexion théorique, un débat politique et se concrétisent dans des expériences citoyennes. Ce dictionnaire, à mi-chemin entre le vocabulaire et l’encyclopédie, se veut un outil de compréhension de l’ensemble de ces phénomènes.

Naples, sa vue sur le Vésuve, son palais royal et…sa gestion particulière des biens de la commune. Alors qu’est repensé notre rapport à la propriété, que nos biens se « partagent », l’idée de la commune italienne paraît innovante : un « laboratoire (…) pour une Constituante des biens communs » voit le jour en 2012. Il s’agit d’une collectivité qui a pour mission d’administrer au mieux les biens communs de la commune en impliquant directement les habitants de la cité. Après avoir listé le patrimoine (public et/ou privé) napolitain inutilisé, le laboratoire décide de son avenir. Dans l’article est développé le cas du couvent San Gregorio Armeno qui, classé, est « affecté à des fonctions multiples, d’expérimentation d’une démocratie participative dans le domaine de la culture… » [1]. En bref, une étude de cas décrivant la particularité de l’expérience napolitaine sur le traitement des biens publics et privés !

Les coordinatrices, Marie Cornu, directrice de recherche au CNRS, Judith Rochfeld, enseignante de Droit à la Sorbonne et Fabienne Orsi (qui a déjà écrit sur le sujet dans Le retour des communs, la crise de l’idéologie propriétaire) font appel à de multiples chercheurs en Sciences Humaines et sociales. Ce sont des sociologues, économistes, historiens, géographes, spécialistes en Droit, etc. qui nous offrent cette photographie des relations entre les sociétés contemporaines et leurs possessions. A l’instar de ces scientifiques, les « communs » sont pluriels [2].

Le choix de l’illustration de la couverture avec une photographie des salines de Guérande, est un clin d’œil très probable aux paludiers, qui forts d’une victoire dans les années 1970 face à un vaste projet autoroutier menaçant l’équilibre des salines, décidèrent de gérer, de façon commune, les récoltes.

L’introduction de l’ouvrage, propose une définition de la notion de « communs », des différentes approches possibles ainsi que des notions corollaires. Les temps forts épistémologiques sont présentés, le côté « synoptique » de la notion est à plusieurs reprises souligné. Les enjeux de l’ouvrage sont donc multiples, les questionnements nombreux ; Que sont les « communs » ? Quelles sont leurs relations avec les sphères politiques et citoyennes ? Comment partage-t-on dans les différentes communautés ? Comment se pratique la propriété aujourd’hui ?

Apportant des éléments de définition à de nouveaux objets et notions des SHS comme Wikipédia, Linux, FabLab… ce dictionnaire propose un regard renouvelé sur des thématiques telles que le patrimoine, le bien et ses déclinaisons actuelles, les différentes approches du brevet ou encore les notions de développement soutenable ou d’écocide.

Ce dernier terme, écocide, est structuré ainsi en plusieurs parties :

-  Définition et histoire du concept d’écocide : comprenant l’étymologie du terme, un définition, à savoir « il désigne les crimes les plus graves commis contre l’environnement qui (…) porte atteinte à la sûreté de la planète ». Pour l’auteur l’émergence de ce concept s’explique par la recrudescence de « criminalité environnementale » illustrée par les chiffres des différents trafics, du braconnage, voire du pillage de certaines ressources non-renouvelables.

-  Approche rétrospective du crime d’écocide. L’écocide : de la science au droit : Cette approche commence en impliquant directement l’agent orange dans l’histoire du terme. La notion d’écocide sera rapproché de celle de crime, et introduite au Droit International (Falk). L’article traite ensuite de l’évolution du terme écocide dans des domaines différents du Droit. L’un des plus de cet ouvrage est les liens que proposent les auteurs, dans cette partie vous pourrez accéder directement sur un document-source extrait du site du tribunal international de la Haye.

-  Approche prospective du crime d’écocide. Elever l’écocide au rang des crimes internationaux les plus graves : L’auteur évoque dans cette partie l’écocide en tant que crime, ainsi que la discussion ayant pour objectif de viser sa reconnaissance à l’échelle supranationale. Enfin il propose d’instituer des institutions officielles dévolues à ce sujet en mettant par exemple en place « un Procureur international » dans le cadre d’une cour Pénale Internationale ou encore un « Groupe de recherche et d’enquête pour l’environnement (GREEN) compétent pour constater les crimes environnementaux ». Bref, une synthèse qui propose une critique suggérée et de nombreuses pistes de réflexion.

A titre personnel, j’apprécie beaucoup les dictionnaires de la collection QUADRIGE, et celui-là est intéressant à consulter de façon régulière, particulièrement pour ceux qui souhaitent pratiquer la géographie contemporaine ou renouveler leur vision de la propriété. Le choix de la présentation particulière de l’article écocide repose sur le fait qu’il représente un échantillon intéressant de cet ouvrage. Un seul regret, cependant, j’aurais aimé trouver une entrée Nature qui me semble être un bien commun d’importance.

Les différentes entrées sont donc de remarquables synthèses qui seront utiles autant aux professeurs du secondaire que du supérieur en passant par les étudiants de sciences politiques ou de SHS en général. Très bien structurées et documentées, elle sont toutes conclues par une bibliographie complémentaire sur l’objet en question.

Par Marie Reynaud

[1Article : Naples (expérience de bien commun)

[2Introduction

Enregistrer l'article au format PDF

La Cliothèque 2017

Licence Creative Commons
Les Clionautes sous licence Creative Commons Attribution
Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International

Site développé avec SPIP, un programme sous licence GNU/GPL.

Design et Squelettes : B. Modica & X. Birnie-Scott pour La Cliothèque.

Hébergement La Cliothèque par