Madame Della Seta aussi est juive
Vous êtes ici : Service de presse Histoire Histoire contemporaine

Loy R.

Madame Della Seta aussi est juive

Paris, Rivage, 2000

Christophe Pebarthe
jeudi 13 mars 2003

Par Christophe Pebarthe

L’auteure qualifie elle-même cet ouvrage de "mémoire autobiographique". Mais comme l’ampleur de la bibliographie consultée le révèle, Rosetta Loy a en même temps écrit un livre bouleversant sur l’antisémitisme en Italie. La particularité réside dans ce mélange, d’une part le regard reconstruit d’une jeune fille dont certains voisins sont juifs et d’autre part la quête d’une adulte qui cherche à comprendre des événements qu’elle a vécus. Le récit alterne donc des scènes de la vie quotidienne d’une famille italienne pendant la Seconde Guerre mondiale, les réactions contrastées de l’Église avec une fascination pour les deux papes du moment Pie XI et Pie XII et les descriptions des rafles.
L’un des grands intérêts de cet ouvrage est qu’il nous présente en quelques dizaines de pages les éléments du dossier concernant l’attitude contrastée du clergé et du Vatican pendant la guerre, les hésitations de Pie XII qui s’opposent au courage de son prédécesseur Pie XI, l’antisémitisme catholique et les dénonciations en chaire de tel ou tel prélat… Plus généralement, avec l’auteure nous méditons sur la passivité, l’aveuglement voire sur l’ignominie de beaucoup et le courage de certains. Ainsi, Rosetta Loy raconte qu’une famille arrêtée, et sur le point d’être déportée, est sauvée par l’ensemble des habitants de son quartier qui encerclent peu à peu le soldat allemand chargé de l’arrestation, armé d’une mitraillette, qui ne parvint pas à éviter la fuite de ses prisonniers.
Au fil d’une page tombe alors ce constat qui fonde en partie la démarche de l’auteure, comprendre des événements terribles auxquels son pays a été confronté et dans le déroulement desquels il porte une lourde responsabilité :
"Au Danemark, sur 5600 Juifs, les Allemands n’ont pas réussi à en déporter plus de 513. Les victimes potentielles furent prévenues à temps, et les Danois se mobilisèrent en masse pour les mettre à l’abri de l’autre côté du bras de mer qui sépare le Danemark de la Suède. Toutes les embarcations susceptibles de flotter furent mises à contribution. Et la Suède accueillit tous ces Juifs, sans limitation de nombre" (160).

Mars 2001.

Par Christophe Pebarthe

Enregistrer l'article au format PDF

La Cliothèque 2017

Licence Creative Commons
Les Clionautes sous licence Creative Commons Attribution
Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International

Site développé avec SPIP, un programme sous licence GNU/GPL.

Design et Squelettes : B. Modica & X. Birnie-Scott pour La Cliothèque.

Hébergement La Cliothèque par