Écrivain angolais majeur, Manuel Rui a participé au mouvement indépendantiste angolais. Ministre de l’Information du MPLA puis ambassadeur auprès des Nations Unies, Manuel Rui poursuit aujourd’hui son travail littéraire.
Publié aux éditions Chandeigne, Oui Camarade ! est une plongée dans les derniers instants de la guerre d’indépendance angolaise. Une expérience que Manuel Rui nous retranscrit au travers de 5 nouvelles et des multiples existences bouleversées et entrainées dans ce tourbillon révolutionnaire : les espoirs, les réussites mais aussi les douleurs et déceptions se croisent pour tisser un tableau réaliste et, par moment, désabusé du conflit.

Ce désenchantement point dès les premières pages au travers de la nouvelle « Le conseil ». Réuni en assemblée les nouveaux dirigeants de l’Angola libre tergiversent et jouissent des dorures du pouvoir alors que la grogne sociale monte dans Luanda.

La vie du combattant ainsi que la transmission de la mémoire révolutionnaire sont abordées au cours de la seconde nouvelle intitulée « La montre » : un vieux commandant raconte, comme tous les jours, l’histoire de la guerre à travers le parcours d’une montre depuis Paris jusqu’en Angola et qu’il récupéra d’un major portugais.

La troisième nouvelle intitulée « Le dernier bordel » aborde les exactions quotidiennes à travers la visite de nuit de la maison de passe de Mama Domingas par les groupements armés.

Dans la nouvelle « Les deux reines » la fin de la guerre annonce pour Umbelina la perte d’un ami proche, membre de la milice du MPLA. Néanmoins, dans les ruines de la capitale Luanda, Umbelina trouvera la force de commuer sa peine en slogans fédérateurs et à agréger autour d’elle le peuple prêt à célébrer la victoire finale.

Enfin dans la dernière nouvelle « Cinq jours après l’indépendance » nous suivons le parcours de Carlota, jeune militante du MPLA, plongée dans les combats de rue en pleine Luanda en ruines.

Au final une œuvre de fiction passionnante, où se mêlent les espoirs et les craintes d’un peuple plongé dans l’inconnue révolutionnaire. A lire et partager !