Ce petit guide de l’observation du paysage propose de lire un paysage à travers le regard et l’expérience d’un géo – agronome, d’un botaniste, d’un géologue – géomorphologue et d’un agriculteur. L’objectif est de montrer qu’un même paysage peut être étudié sous des angles différents. Cette approche pluri – disciplinaire permet de comprendre à quel point un même paysage peut contenir « tous les visibles de tous les regards » (MERLEAU – PONTY).

Les éditions Quae sont toutes jeunes. Elles sont nées de l’association des éditions du CEMAGREF, du CIRAD, de l’IFREMER et de l’INRA. Elles proposent, dans leur catalogue, un panel d’ouvrages très varié, couvrant les champs des sciences et techniques et des sciences humaines. Ces livres sont disponibles à l’adresse suivante : http://quae.com/
Editions Quae, c/o INRA, RD 10. 78 026 Versailles Cedex.

Le paysage est la portion de territoire observé. Il n’existe que par le regard de celui qu’il observe. Il est le témoignage visible de l’action des hommes dans le passé et dans le présent. L’analyse d’un paysage n’est jamais neutre. L’approche pluri – disciplinaire est intéressante pour le géographe. Celui-ci sait qu’il ne peut se contenter de décrire ce qu’il voit mais doit analyser les différents objets qui composent ce paysage. Le paysage est le reflet de choix des sociétés, des modes d’aménagement particuliers et des possibilités économiques.

Le petit guide propose différents repères pour analyser le paysage. Face à un paysage, l’observateur doit se poser des questions. Celles-ci différent selon la formation de l’observateur. Il doit réaliser un schéma de son observation révélant les différents objets qui composent le paysage et les liens qu’ils entretiennent entre eux. Il doit s’attacher aux détails, observer les différents temps du paysage. Cette observation requière du temps.

L’étude de l’alpage du Saut du Laire (Parc National des Ecrins) que propose le guide est intéressante à plus d’un titre. Avec un système de calques, une même photographie est analysée selon les différentes disciplines, représentées par les auteurs.
L’agronome et l’agriculteur retiennent surtout les mobilités d’un troupeau dans le paysage. Le géologue y voit surtout les conséquences de la présence de grès sur le type de végétation. Enfin, le botaniste distingue les différentes parties du paysage en fonction de la présence ou non de prairies. Les croisements des regards sur un même paysage permettent d’avoir une vision globale pour élaborer un PLU (Plan Local d’Urbanisme) ou un PPR (Plan de Prévention des Risques).

Toutefois, si la démarche proposée est intéressante, le lecteur regrettera la brièveté de l’ouvrage. Celui-ci propose au lecteur de se poser beaucoup de questions pour observer le paysage mais n’apporte, finalement, que peu de réponses. L’observation du paysage du Parc des Ecrins manque d’une analyse fouillée. Seules quelques pistes sont évoquées. Il est à regretter que cet exemple n’ait pas été plus développé. Le lecteur aurait eu ainsi un exemple abouti sur lequel baser son propre travail. L’ensemble reste trop théorique. L’analyse d’un PLU ou d’un PPR aurait permis de montrer à quel point la démarche pluri – disciplinaire est importante.

Ce petit guide offre des pistes pour l’enseignement. Les professeurs qui enseignent en classe de sixième (Les paysages ruraux) liront avec intérêt ces quelques pages.
Guide pratique, cet ouvrage accompagnera avec profit les randonneurs. Sa lecture rapide permet de sensibiliser à l’observation du paysage et aux pratiques agricoles et pastorales. Cet ouvrage rejoint en cela les titres de la collection Découvrir et Comprendre des Editions Ouest France (Les paysages de la campagne – La forêt. 2003).

Copyright Les Clionautes