Présentation de l’éditeur. « L’un des premiers récits de l’humanité. À Uruk, dans l’ancienne Mésopotamie, vit le tyrannique roi Gilgamesh qui kidnappe les plus belles femmes de son pays pour les enfermer dans son palais. Afin de faire stopper ses excès, les dieux décident de façonner un homme bête du nom d’Enkidu, seul être capable de rivaliser avec Gilgamesh en force et en courage. Mais alors qu’il apprend peu à peu à devenir un homme, Enkidu découvre les méfaits de celui qu’il est amené à combattre. L’affrontement sera inévitable mais amènera finalement les deux rivaux à devenir camarades, puis meilleurs amis. Leurs plus grands faits d’armes restent à écrire… ».

 

Biographies de l’éditeur : Né à Colombes en 1951, Luc Ferry est un philosophe et homme politique français. Il fut ministre de l’Éducation nationale sous deux gouvernements successifs. Il est l’auteur de nombreux ouvrages philosophiques, dont Le Nouvel ordre écologique (Prix Médicis essais et Jean-Jacques Rousseau en 1992). Il développe depuis des années le thème « Qu’est-ce qu’une vie réussie ? » en démontrant de façon ludique et accessible les enseignements de la philosophie, notamment issus des mythes. Après plusieurs livres, enregistrements sonores, conférences, c’est à présent en bande dessinée qu’il distille son savoir. Didier Poli est né à Lyon en 1971. Après des études supérieures en arts appliqués à Émile Cohl puis au CFT Gobelins, il travaille à la fin des années 1990 pour différents studios d’animation dont le studio Disney sur les productions de Tarzan et Kuzco. Il devient directeur artistique dans diverses sociétés de jeu vidéo et notamment pour Kalisto Entertainment en 2001, où il rencontre Manuel Bichebois et commence à dessiner L’Enfant de l’orage. Il continue, en parallèle de la bande dessinée, à travailler régulièrement dans le dessin animé et le jeu comme designer et storyboarder. Née à Paris en 1987, Clotilde Bruneau est, dès son plus jeune âge, passionnée d’art et de littérature. En 2010, après son diplôme d’arts plastiques, elle commence à étudier le cinéma et travaille en tant que scénographe et cheffe décoratrice sans pour autant oublier l’écriture. Elle intègre l’année suivante le studio Elyum où elle travaille sur les séries Le Petit Prince et Ils ont fait l’histoire. Elle se tourne ensuite vers la mythologie grecque et scénarise la série La Sagesse des mythes tout en travaillant sur de nouveaux projets comme le one shot Céphéide, dessiné par Mélissa Morin et publié chez Glénat. Pierre Taranzano est né en 1971 à Marseille. Après des études d’Arts Appliqués, il participe à divers collectifs artistiques et s’essaie à la peinture. Il travaille ensuite comme décorateur de spectacle et story-boardeur pour des studios de dessin animé, tout en développant le projet Les Portes de Shamballah (trois tomes parus entre 2007 et 2010 chez Clair de Lune).

 

L’histoire de Gilgamesh, roi d’Uruk, fils de Lugalbanda (le roi furieux) et de Ninsuna, la déesse buffle, est un morceau de choix. Pour une des plus anciennes légendes du monde, quoi de plus attractif qu’une BD au graphisme expressif et coloré. L’histoire a de quoi captiver le lecteur puisque les sentiments humains les plus profonds animent ces personnages anciens, cependant si proches de nous. Sans doute un souverain qui aurait régné vers – 2650 à Uruk, Gilgamesh s’avère un roi doté d’une beauté et d’une force inimaginable, mais d’un naturel prétentieux et inique. Il se métamorphose par la découverte de l’amitié avec le géant Enkidu qui lui ressemble, spécialement façonné par les dieux à son intention. En premier lieu,  Enkidu, d’abord élevé parmi les animaux sauvages, se montre l’adversaire du roi. Les géants doivent s’affronter en combat singulier mais aucun des deux ne parvient à terrasser l’autre. Comme Hector et Ajax dans l’Iliade, ils finissent par se jeter dans les bras l’un de l’autre. Commence une belle amitié nourrie d’une admiration mutuelle. Toujours à la recherche d’une gloire inégalée, ils décident de rapporter du bois de cèdre qui manque tant à la cité-État d’Uruk. Mais l’essence précieuse se trouve au Proche-Orient, en Phénicie. Le voyage est long pour rejoindre la forêt des cèdres gardée par un monstre invaincu, Humbaba. Les nouveaux amis vont-ils réussir leur périple et rapporter le bois d’exception ? Ce sera l’objet du prochain tome que l’on attend avec impatience.

Ce premier album, « les frères ennemis », passionne ses lecteurs. Les reconstitutions du monde sumérien correspondent bien aux images 3 D et aux objets connus que l’on retrouve dans nos musées notamment les vêtements (le kaunakès, la tunique de laine), les coiffures (la tiare à cornes, le diadème à fleurs) et les bijoux. Une même fidélité se retrouve dans les dessins qui illustrent la cité-État d’Uruk. L’imagination comble les incertitudes : les intérieurs des palais et les costumes des dieux qui semblent appartenir à une époque plus récente.

Selon le format de la collection, l’album se termine par une dizaine de pages rédigées par Luc Ferry, afin de comprendre le rôle profond et philosophique des étapes franchies par les héros qui cherchent un sens à leur vie.